Terrorisme: le président sénégalais appelle à éviter les amalgames

Commentaires A la Une, Actualité, Religion

Au Sénégal, comme le veut la tradition de la Tabaski, le président Macky Sall est allé prier, ce lundi 12 septembre, à la Grande Mosquée de Dakar. A sa sortie, le chef de l’Etat a évoqué les questions de lutte contre le terrorisme en appelant à une collaboration entre tous les Etats touchés et en appelant aussi les pays occidentaux à tout faire pour que les amalgames entre terrorisme et religion musulmane soient évités.

C’est dans une mosquée placée sous haute sécurité que Macky Sall est venu prier. En ce jour de pardon et de partage, le président, qui estime que la seule réponse sécuritaire au terrorisme n’est pas efficace, a interpellé directement les pays occidentaux.

« Les premières victimes du terrorisme sont d’abord les musulmans. Qu’on évite les amalgames. Ce n’est pas l’islam qui est en jeu. Je voudrais vraiment demander aux grands pays occidentaux, en particulier, que la réponse face au terrorisme, ce n’est certainement pas d’exacerber le choc des civilisations ou le choc des religions », a déclaré le chef de l’Etat sénégalais.

Un message entendu par les fidèles, comme Wally, venus nombreux à la Grande Mosquée malgré les fortes pluies de la nuit. « Aller en communion avec tous ses frères musulmans, chrétiens, et faire en sorte d’arrêter de provoquer son prochain », explique Wally.

Grand Serigne de Dakar, important chef coutumier, Abdoulaye Makhtar Diop partage lui aussi les convictions du chef de l’Etat. « Ce qu’il faut maintenant c’est que toutes les autorités travaillent, particulièrement dans nos pays extrêmement sensibles et fragiles, à conscientiser les populations parce que la plus grande victoire du terrorisme, justement, c’est d’arriver à des conflits inter-régionaux et des conflits sur la base de la religion. C’est extrêmement difficile à gérer », a déclaré, de son côté, Baboulaye Makhtar Diop.

Pour défendre ses idéaux et les faire entendre, le président Macky Sall pourra en tout cas s’appuyer sur l’expérience du Sénégal où chrétiens et musulmans, par exemple, vivent en parfaite cohésion.

Par RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *