facebook

CONTRIBUTION – L’imam El hadji Samba Dramé de Bakel : empreinte digitale de la prophétie Mohammadienne

Samba_drame1

Commentaires Non classé, Religion

Fils de Mamadou et de Maimouna Sakho, El hadj Samba Maimouna Dramé, décédé en novembre dernier,  est né vers 1925 à Bakel, un jour de lundi  arrosé par la pluie de l’hivernage. Parler de Samba Maimouna  Drame dans  l’islam et de ses relations avec les hommes, c’est en vérité parler de la nature prophétique de Mohammed. Cela doit  nous permettre de comprendre  dès le départ comment vivait l’homme, en toute simplicité, à travers la lumière du  Prophète  de l’islam. Thierno Samba Dramé est un soufi, mais aussi un grand aspirant du Taçawwuf.

Le Taçawwuf comprend non seulement la haqîqah mais aussi l’ensemble des moyens destinés à y parvenir, appelé tarîqa  « voie » ou « sentier», conduisant de la chariyah vers la haqîqah, c’est-à-dire de l’écorce  vers le « noyau »  par l’intermédiaire du « rayon » allant de la circonférence vers le centre.

Les musulmans soufis sont des personnes qui recherchent l’intériorisation, l’amour de Dieu, la contemplation, la sagesse. Il s’agit d’une organisation initiatique et ésotérique.  Le soufisme cultive volontier  le mystère, l’idée étant que  le prophète Mouhammaed (Psl) aurait reçu en même temps que le Coran des révélations ésotériques qu’il n’aurait partagées qu’avec quelques-uns de ses compagnons. En tant que soufis Thierno Samba Dramé  a toujours  combattu  le vice sous toutes ses formes.

Durant  sa vie sur terre,  Pa Samba n’avait  pour objectif  que  la recherche de l’agrément de Dieu, la promotion du Tawhide  « science de l’unicité de Dieu », et a toujours  accepté de  combiner dans ses pratiques  la charia, et  la haqîqa. [  Erudit incontestable  du monde soninké et al puular ,thierno Samba  qui  a toujours illuminé par son savoir intarissable, incommensurable,  a laissé derrière lui des hommes, des jeunes ,des  femmes,   et des vieux  qui ne cessent de dire  «  ina- llillah -wa inna- ileyyi- razi-oune » . Il est parti, laissant derrière lui des milliers  de talibés qu’il a eu à enseigner dans sa propre maison qui abrite son école coranique ou Daara,

Dans la nuit du Mercredi 23 au Jeudi 24 Novembre 2016 ,PA samba  nous  a quitté ;il a  quitté cette terre « souillée »  pour vivre dans les jardins du paradis.  Depuis la création de Bakel  , jamais dans son histoire et l’évènement ne se reproduira plus, l’on n’a vu une foule aussi nombreuse accompagner un mort vers sa dernière demeure.
Ce Jeudi 24 Novembre, après la prière mortuaire à 17H , des milliers d’hommes venus pour certains de très loin (des trois goyes, de Dakar, de  Madina Gounass, du  Mali, de la  Mauritanie, de la  Casamance  jusqu’en Gambie) sans compter les natifs du terroir , ont emprunté la route principale (pendant l’époque coloniale appelée la rue Tuabou partant du Ford au village du Tunka )  menant de la grande mosquée à la mosquée de la place de   l’Indépendance où a été inhumé le vénéré Marabout dans l’enceinte de la mosquée de Ndiayegua III où il fut imam pendant des années  après Samba Ramata .Aujourd’hui les fidèles sont sauvés par son fils Mamadou Dramé, qu’Allah lui prête  encore longue vie ,qui a très tôt compris et déchiffré le vœu  de son papa dans le jardin des secrets .

Toute sa vie durant, jusqu’à son dernier souffle, cet homme de DIEU, s’était  donné comme objectifs : se mettre au service de son prochain, enseigner le saint Coran, guider les fidèles vers le droit chemin, sauver les âmes perdues.
EL HADJ SAMBA  , car ayant effectué le pèlerinage de son vivant, est plus connu sous le nom de  «  ladji » par ses proches. La moralité de l’homme de Dieu :

El hadji Samba Maimouna Dramé fait partie des sommités de son époque. Il était très précautionneux, pieux, ascète  généreux. Thierno Samba était un guide, une référence avérée en regarde de ses comportements  vertueux et jouissait d’un courage extraordinaire quand il s’agissait de défendre la religion musulmane et la tarîqa  tidjaniyaa .Il était très regardant sur tout ce qui touchait  l’islam et l’honneur. . Dans sa formation il  a étudié à Nioro du Sahel (Mali)  pendant des années auprès de grands marabouts mais à séjourner aussi dans le Nioro du RIP auprès d’un grand soufi du nom de famille Ba.

Dieu a accordé au marabout de particularités et de caractéristiques, ce qui lui a valu une place privilégiée dans les cœurs des hommes musulmans, de la communauté al- puular et des  chrétiens qui ont eu à servir dans la commune de Bakel. Il jouissait d’un  grande estime surtout pour son savoir, sa modestie, et pour ses qualités morales exceptionnelles. Il a eu à composer un nombre  important de poèmes en langue arabe  faisant l’éloge du   prophète qu’il aimait réciter en partant à la mosquée chaque matin vers 5H du matin   .

Ses activités scientifiques :

Pa Samba a consacré toute sa vie à l’enseignement du Saint Coran ; grâce à lui grand nombre d’enfants ont pu mémoriser le livre sacré. Cette bénédiction a rejailli également  sur  ses frères et sur ses enfants  qui perpétuent encore l’œuvre du marabout dans la mosquée de Ndiayegua III en face de la Place de l’indépendance. Thierno Samba s’affilia à la tariqaa at’tidjianiyya par l’entremise du khalife de Madina Gounass El hadji Mahomadou seydou Ba qui jouissait d’une grande  renommée dans le domaine de l’éducation, de la purification des cœurs et du cheminement spirituel .C’est ce dernier qui lui transmit la tarîqa, l’ordonna au rang de mouqaaddam et lui accorda la certification.

Sur le plan social :

Il aimait beaucoup les pauvres avec qui il mangeait ensemble et  sa maison était le refuge, des orphelins, des nécessiteux  ,des misérables et continue de l’être jusqu’à présent. Il était un homme d’honneur qui respectait sa parole et ses engagements vis-à-vis de ses proches et de ses amis.

Le Sage nous a quitté, un géant de la religion musulmane est parti, un grand Marabout a tourné le dos à toute l’humanité, plus précisément aux Bakelois et Bakeloises.

ADIEU ‘ karamokho’ continue de prier pour tes protégés dans l’au –delà  .Que la terre de Bakel l’accueille  en toute humilité et qu’elle soit pour lui la  terre  sacrée de Médine( ville du prophète)  dans la mosquée où se repose Thierno Samba  Dramé  .Novembre 2016, ton jeudi 26 m’a arraché mon Cheick, Dieu merci les fils sont là, les frères écoutent le ciel ….. Qu’Allah lui accorde fasse miséricorde, amine

Par Abdoulaye Diallo, talibé du marabout et de l’ensemble de sa famille  « Samba Dramé khodjé-duukhou »

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *