facebook

Sciences : un espoir pour répondre à la demande d’eau potable

eau-a-jeun

Commentaires A la Une, Démarches

Pourra-t-on demain cultiver des légumes dans le désert, sans utiliser une goutte de pétrole ? Pourra-t-on fournir le monde entier en eau potable alors que la demande explose ? La réponse est « oui », le bon en avant des techniques incite à y croire.

Dans ces immenses étendues désertiques et arides, pas un millilitre d’eau douce, pas un centimètre de végétation. Et pourtant, certaines entreprises réalisent ce qui était encore impensable il y a quelques années : produire de l’eau potable, ou encore faire pousser des légumes dans le désert, uniquement grâce au soleil. En Australie, cette installation gigantesque a tout d’un complexe industriel. C’est en réalité une ferme qui est sortie de terre. 20 000 miroirs sont disposés sur une vingtaine d’hectares. Ils reflètent la lumière du soleil dans un seul but : faire pousser des tomates en plein désert. Comment fonctionne cette ferme ?

En Israël, une parabole transforme l’eau sale en eau pure

Certains pensent aussi avoir trouvé un moyen pour purifier l’eau. Dans le désert du Néguev en Israël, une parabole transforme l’eau sale en eau douce, grâce aux rayons du soleil. 300 litres d’eau sont produits chaque jour. De quoi intéresser de nombreux pays africains touchés par la sécheresse. Seul frein pour le moment : le coût de l’installation, de l’ordre de 10 000 euros. Une somme jugée un peu chère par le fabricant lui-même. Il travaille actuellement à en réduire le prix pour démocratiser son système et le vendre partout dans le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *