facebook

LIBERTE RELIGIEUSE: Le fils de Mohamed Ali lance une offensive anti-Trump

a ali

Commentaires Religion

a jrUn mois après leur interpellation humiliante à l’aéroport de Fort Lauderdale, en Floride, dont ils ne sont pas ressortis indemnes mais avec l’intime conviction d’avoir payé le prix fort pour leur islamité et la consonance arabe de leur nom, Mohamed Ali Jr, le fils de feu Mohamed Ali, et sa mère Khalilah Camacho Ali, l’ex-femme du boxeur insoumis devenu icône planétaire de l’islam, ont tenu leurs promesses : s’engager pleinement dans un âpre combat contre Donald Trump et son décret anti-immigration, arbitraire et islamophobe.

Mohamed Ali Jr, âgé de 44 ans, né à Philadelphie (Pennsylvanie) et porteur d’un passeport américain, voyageait avec sa mère Khalilah Camacho-Ali, une ex-épouse du boxeur décédé en juin 2016, a raconté son avocat et ami Chris Mancini au Courrier-Journal de Louisville. Tous deux ont été retenus pour interrogatoire en raison de la consonance arabe de leurs noms, a ajouté l’avocat.

Résolus à batailler ferme, la défense des droits civils et de la liberté religieuse chevillée au corps, le fils et la mère marchent d’un pas décidé sur les traces du défunt triple champion du monde des poids lourds, entré aussi dans l’histoire pour s’être opposé, en son temps, au pouvoir en place en refusant de partir sur les sentiers de la guerre au Vietnam. Cette décision, lourde de conséquences, qui lui coûta son titre de champion du monde et en fit longtemps un citoyen séditieux, coupable d’insoumission, avant d’être réhabilité par la Cour suprême des Etats-Unis, intervint après avoir embrassé l’islam.

La revendication de Mohamed Ali Jr et de Khalilah Camacho Ali est claire, pressante et parfaitement légitime : exiger l’annulation du décret qui bafoue les valeurs américaines et fait ressurgir de vieux démons de leur abîme ténébreux.

A l’issue de leur entretien avec des sénateurs démocrates à Washington et de leur participation à un colloque sur la sécurité frontalière, les Ali ont lancé une grande offensive anti-Trump en faveur de la liberté de religion. Ils ont battu le rappel des troupes pour livrer le combat de leur vie contre le nouveau locataire de la Maison Blanche, à travers le hashtag #AlivsTrump, en s’entourant de partenaires de poids : Evander Holyfield, Larry Holmes et Roberto Duran, trois anciens grands noms de la boxe. De quoi faire flageoler et les jambes et le racisme de Trump…

« L’interdiction d’entrée qui cible les ressortissants de sept et à présent six pays musulmans est scandaleuse !  Si je ne parle pas et n’agis pas maintenant, ils vont continuer à nous harceler ! », s’est emportée Khalilah Camacho Ali, en confiant avoir été très affectée par l’interrogatoire qu’elle a subi, le 7 février, à son arrivée en Floride, à l’issue de vacances passées en Jamaïque avec son fils.

« Je suis née musulmane et j’ai lutté toute ma vie en faveur de la liberté religieuse aux côtés de mon célèbre ex-mari qui n’est plus de ce monde », a-t-elle insisté, ajoutant : « Notre famille s’est toujours battue et continuera de le faire avec ardeur pour cette noble cause ».

Animés d’un mental d’acier, Mohamed Ali Jr et sa mère sont prêts à terrasser leur adversaire jusqu’au KO final que serait l’abrogation de son décret infâme, sur le devant de la scène publique, ce vaste ring…

Oumma.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *