facebook

Fuite au Bac : Le Saems et le Cusems exigent l’ouverture d’une enquête

cusems-660x330

Commentaires A la Une, Actualité, Education

Sur l’affaire dite de la fuite d’un des sujets de Philosophie du Bac 2017, le Saems et le Cusems, ont conjointement tenu, ce mercredi, un point de presse, au siège du Saems pour non seulement s’indigner, mais surtout, disent-ils, tirer la sonnette d’alarme. Ces centrales syndicales enseignantes exigent l’ouverture une enquête avant le démarrage des autres épreuves.

«Le Saems et le Cusems ne peuvent rester les bras croisés face aux faits d’une extrême gravité qui ont entaché le déroulement des épreuves anticipées de philosophie des séries littéraires. Le 07 juin 2017, nombre de collègues ont eu la surprise de constater que le sujet n°1 proposé aux candidats des séries L, «La connaissance conduit-elle nécessairement à la liberté ? », correspondait mot pour mot au sujet sur lequel ils ont été interpellés la veille par des élèves jusqu’à des heures indues. Nombre d’élèves, on ne sait comment, étaient en possession de ce sujet, l’avaient partagé par SMS ou via Whatsap avec des amis. Certains d’entre eux l’avaient envoyé à leurs professeurs ou étaient partis chez eux pour qu’ils le leur expliquent ou traitent. Ainsi, en divers endroits du pays, des collègues ont été interpellés comme en attestent incontestablement des messages et appels reçus sur lesquels, nous exposerons plus amplement», a déclaré  Saourou Séne du Cusems.

Cette affaire ô combien grave dit-il a suscité la réaction de son collègue du Saems, Abdoulaye Ndaye qui s’est indigné avant de lancer : «Militants de l’école, soucieux de son rayonnement, cette affaire qui survient après celle des élèves maîtres et celle du concours général, nous interpelle à plus d’un titre. Elle rompt l’égalité des chances des candidats, risque de jeter le discrédit sur le diplôme, expose nos bacheliers à l’étranger. De tels faits, s’ils restaient impunis, pourraient pervertir le comportement de beaucoup d’élèves et développer chez eux une culture de la triche».

Après avoir donné l’alerte aux cas de fraudes et de corruptions dans le système éducatif et exigé l’ouverture d’une enquête pour situer les responsabilités et sévir conformément à la loi, Saourou Sène et ses camarades invitent les professeurs de philosophie à suspendre leur collaboration avec l’Office du Bac’

Avec Igfm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *