facebook

Winnie Mandela : « La nation Arc-en-Ciel est un mythe total »

Winnie Mandela, the ex-wife of former South African President Nelson Mandela, attends his funeral in his ancestral village of Qunu in the Eastern Cape province, 900 km (559 miles) south of Johannesburg, in this still image taken from December 15, 2013 video courtesy of the South Africa Broadcasting Corporation (SABC). REUTERS/SABC via Reuters TV (SOUTH AFRICA - Tags: OBITUARY POLITICS HEADSHOT) 

ATTENTION EDITORS - FOR EDITORIAL USE ONLY. NOT FOR SALE FOR MARKETING OR ADVERTISING CAMPAIGNS. NO SALES. NO ARCHIVES. SOUTH AFRICA OUT. NO COMMERCIAL OR EDITORIAL SALES IN SOUTH AFRICA. THIS PICTURE WAS PROCESSED BY REUTERS TO ENHANCE QUALITY

Commentaires Actualité, Culture

À 80 ans, elle n’a rien perdu de sa verve ni de sa radicalité. Véritable icône de la lutte antiapartheid, elle n’épargne personne. Ni le président Zuma, ni les cadres corrompus de l’ANC, ni même son ex-mari, Nelson Mandela. Entretien exclusif avec une femme qui ne lâche rien.

Au restaurant où nous avions rendez-vous pour un déjeuner suivi de l’entretien que vous allez lire, Nomzamo Winifred Zanyiwe Madikizela-Mandela a fait une entrée de star, avec sa dame de compagnie et ses gardes du corps, saluée avec déférence par le personnel – Noirs et Blancs confondus. Celle qui fêtera ses 81 ans le 26 septembre n’a rien perdu de son charisme et de sa pugnacité.

Féministe assumée, volontiers radicale dans ses positions politiques, l’insoumise de Soweto qui fut pendant près de quarante ans l’épouse de Nelson Mandela, et l’une des incarnations majeures de la lutte antiapartheid, sait que son aura demeure intacte auprès de la majorité des Sud-Africains. Ses caprices de diva, ses nombreux désaccords avec son mari, dont elle a divorcé en 1996 et qui a fini par la retirer de son testament, ses rapports complexes avec l’argent et les violences du gang qui l’entourait à Soweto à la fin des années 1980, tout cela n’a fait qu’effleurer l’image très positive dont elle jouit encore auprès de la population noire.

Difficile en effet de juger Winnie Mandela sans comprendre la vie de cette assistante sociale entre 1960 et 1990 : une antichambre de l’enfer. Harcelée, brutalisée, violentée, emprisonnée à au moins trois reprises avec de très longues périodes d’isolement total, torturée, bannie, espionnée, trahie, de Soweto à Soweto en passant par Orlando West et Brandfort, elle fut le bouc émissaire d’un pouvoir pâle particulièrement sadique qui avait juré de faire craquer son époux en la persécutant. En ce sens, il est incontestable que Winnie Mandela a beaucoup plus souffert de l’apartheid, physiquement et psychologiquement, que Madiba lui-même – certes privé de liberté, mais jamais maltraité. Incontestable aussi que sans sa résilience le prisonnier de Robben Island serait sans doute tombé dans l’oubli.

Ce sentiment, ajouté à celui de ne pas avoir toujours été reconnue à la mesure des épreuves subies, est très présent chez la Winnie d’aujourd’hui. Membre du National Executive Committee (NEC), l’instance dirigeante du Congrès national africain (ANC, au pouvoir), elle est proche des positions révolutionnaires et volontiers populistes d’un Julius Malema, qu’elle s’est cependant refusé à suivre dans la dissidence par fidélité à son parti.

Une ligne dure, très critique à l’encontre du président Jacob Zuma et de tous ceux qui, selon elle, ont mené l’ANC dans la situation d’étiage historique où il se trouve aujourd’hui. En cause : les ravages de la corruption, mais aussi la dérive, qu’elle n’hésite pas à dénoncer en privé, du tribalisme – en l’occurrence, l’existence d’une certaine forme de « zouloucentrisme » dans les nominations internes.

Peu diserte auprès des médias locaux, selon une règle soumettant les prises de parole des membres du NEC à l’autorisation préalable de ce dernier, la « grande dame » du combat pour l’égalité raciale a accepté de répondre aux questions de Jeune Afrique.

Jeune Afrique : Winnie Mandela, Winnie Madikizela-Mandela, Mama Winnie, la Mère de la nation… On vous connaît sous tant de noms. Lequel préférez-vous ?

Winnie Mandela : Tous. Quelle différence ?

Vous avez fait l’objet de livres, de films et même d’un opéra. Vous êtes une icône en Afrique du Sud et ailleurs sur le continent. Comment le vivez-vous ?

Je n’ai jamais cherché à devenir ce que vous appelez une icône. C’est l’histoire qui m’a faite ainsi. Je suis le produit du peuple de ce pays, le produit de sa lutte. Mon peuple et moi avons combattu côte à côte face à la violence de l’apartheid, face aux balles, face à la haine. J’honore chaque jour nos martyrs et je suis extrêmement reconnaissante envers les masses africaines d’Afrique du Sud. Ce sont elles qui ont fait Winnie Mandela, et non l’inverse.

Votre parti, l’ANC, est en pleine campagne avant son congrès de décembre prochain, qui désignera son candidat à l’élection présidentielle de 2019. Vous avez reçu, fin août, chez vous à Soweto, la candidate Nkosazana Dlamini-Zuma. Ses partisans en ont conclu que vous la souteniez. Est-ce exact ?

Il ne se passe pas un jour sans que l’un des leaders de l’ANC vienne me rendre visite. Pas un jour sans que je reçoive des militants, des veuves ou des orphelins de notre lutte. Nkosazana Dlamini-Zuma a été l’un de ces visiteurs, rien de plus. Si les médias en ont tiré des conclusions hâtives, c’est leur problème.

La corruption, c’est le maillon faible de l’ANC. Jamais notre parti n’a été aussi critiqué

Vous êtes très courtisée par les différents candidats. Comme si chacun voulait sa part de « Mandela Magic » dans la course à l’élection. En avez-vous conscience ?

Oui, c’est possible. Mais le processus de désignation ne dépend pas de moi, car l’ANC ne fonctionne pas comme cela. Nous sommes un parti structuré au niveau des multiples branches locales et des neuf provinces de ce pays. Ce sont elles qui, au final, nomment le président.

Avez-vous choisi votre candidat ?

Je suis la Mère de la nation. Quel genre de mère serais-je si je préférais un enfant à un autre ? Je ne peux pas choisir.

Vous avez eu, il y a deux mois, une petite phrase qui a été très commentée ici. L’ANC, avez-vous dit, a été « gâché » par les deux mandats du président Jacob Zuma. Que vouliez-vous dire ?

Qui peut nier que l’ANC connaît de sérieux problèmes en ce moment ? Il n’a jamais été aussi affaibli, aussi attaqué, aussi critiqué. Nous vivons l’une des périodes les plus sombres de l’histoire de notre parti. L’ANC n’est pas parvenu à réussir sa mue, du mouvement de libération qu’il fut, avec tous ses rêves, en parti de gouvernement. Les politiques définies sont les bonnes, mais nous sommes incapables de les mettre en œuvre. Chaque semaine, tel ou tel de nos leaders fait l’objet d’accusations, souvent fondées, de corruption.

La corruption, c’est le maillon faible de l’ANC, et nos militants de base paient le prix de la mauvaise réputation de leurs chefs. Nous en sommes arrivés au point où l’on exige la démission de notre président pour faits de corruption. Notre Constitution, hélas, ne permet pas au peuple de se débarrasser de ce type d’individus dès lors qu’ils sortent du droit chemin. C’est tragique.

Quelle est la responsabilité personnelle de Jacob Zuma dans cette situation ?

L’opposition évoque 783 chefs d’inculpation pour corruption, mais il ne peut être poursuivi tant qu’il est président en exercice. Il les réfute, et pour ma part je n’en sais que ce qu’en disent les médias. Cela dit, tous les responsables dont la corruption est de notoriété publique doivent se préparer à affronter les tribunaux un jour ou l’autre, que les accusations soient fondées ou non. Une chose est claire : il est plus que temps de changer de leadership si nous voulons continuer à gouverner ce pays. L’ANC a besoin de sang nouveau pour mener l’Afrique du Sud sur le chemin de la liberté.

Selon vous, comment l’ANC en est-il arrivé là ?

Nous avons un problème avec l’argent. Lorsque nous sommes arrivés au pouvoir, nous n’avions aucune expérience de la gestion financière de l’État ni de la manière avec laquelle nous pouvions nous prémunir des tentations. Le résultat, c’est la corruption. Et dans ces conditions, attirer les investisseurs dont nous avons besoin devient très problématique.

Tous les mouvements de libération en Afrique ont connu le même problème, avec les mêmes conséquences : le FLN algérien, le MPLA angolais, le Frelimo mozambicain, la Swapo namibienne, la Zanu-PF zimbabwéenne… L’ANC considère que le pouvoir lui appartient et qu’il n’a pas de comptes à rendre. Confirmez-vous cela ?

Non. Je ne partage pas cette analyse. C’est ainsi que les Occidentaux nous voient, mais ils ont tort. Ce dont nous avons besoin, c’est d’une nouvelle définition de la démocratie pour l’Afrique, laquelle doit inclure la nécessité pour nos dirigeants de quitter le pouvoir quand le moment est venu. Le fait de s’accrocher au pouvoir au-delà du raisonnable est l’une des faiblesses de notre continent. La démocratie, c’est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple, et la possibilité d’une régénération et d’une transfusion régulières. Cela n’a rien à voir avec une quelconque maladie infantile dont seraient atteints les mouvements de libération.

Il y a, à vos portes, l’exemple même du chef d’État accroché au pouvoir : Robert Mugabe, 93 ans. Que pensez-vous de son évolution ?

Écoutez, à l’époque de l’apartheid, alors que nous luttions contre un appareil répressif raciste, vicieux, meurtrier, Robert Mugabe et la Zanu-PF ont été parmi les rares à nous offrir aide et protection, alors que les Occidentaux qui les vilipendent aujourd’hui collaboraient avec le régime blanc. Robert Mugabe est un vieil ami, et vous ne m’entendrez pas dire du mal de lui. Je me l’interdis. Cela vaut aussi pour Mouammar Kadhafi, et pour tous ceux qui nous ont aidés.

L’un des échecs majeurs de l’ANC tient en un chiffre : vingt-six ans après la fin de l’apartheid, un cinquième de la population jouit d’un revenu quarante fois supérieur aux quatre cinquièmes restants. N’est-ce pas là une bombe à retardement ?

Assurément. Très peu de gens ont réellement profité de la libération de ce pays : 53 % des jeunes sont au chômage, un tiers de la population vit au niveau ou au-dessous du seuil de pauvreté et, à ce rythme, un soulèvement du peuple contre l’État est inéluctable. Si nous voulons éviter cette nouvelle révolution, un changement radical à la tête de l’Afrique du Sud est indispensable.

Votre diagnostic rejoint celui de Julius Malema et de son parti, les Economic Freedom Fighters (EFF)

Julius Malema représente un élément essentiel de l’avenir de l’Afrique du Sud. Je l’ai dit et répété aux dirigeants de l’ANC : le discours de Malema et des EFF attire des centaines et des centaines de jeunes de notre parti. C’est une véritable hémorragie, que nous ne parviendrons à stopper qu’à une seule condition : il faut que de notre congrès de décembre sorte une nouvelle direction, totalement différente de la précédente. Notre salut dépend de cela.

Il est de notoriété publique que votre ex-époux, Nelson Mandela, et vous-même aviez un désaccord fondamental. Pour lui, la paix et la réconciliation étaient prioritaires. Pour vous, c’était la justice. Ce conflit n’est-il pas toujours d’actualité en Afrique du Sud ?

Mandela et moi avons eu de nombreux désaccords. Dès le départ, lui et ses proches ont commis des erreurs dans les négociations avec le pouvoir blanc, dont nous payons aujourd’hui le prix. Par exemple, le problème des terres. Au nom de quoi devrions-nous payer pour racheter ce qui nous a été arraché par la force ? Et avec quel argent ? Le capital reste entre les mains de la minorité blanche. Rien n’a changé. Autre erreur, l’élection du Parlement au scrutin proportionnel, dans l’unique but de garantir une représentation à cette même minorité. C’est un système pervers qui ne permet pas au peuple de contrôler ses élus, mais qui permet à ces derniers d’agir en toute impunité. Nous devons changer la Constitution.

L’archevêque Desmond Tutu a inventé une métaphore célèbre pour qualifier l’Afrique du Sud postapartheid : la Rainbow Nation, la « nation Arc-en-Ciel ». Vous y croyez ?

Non. D’abord parce que les couleurs de l’arc-en-ciel ne se mélangent pas et qu’il n’existe parmi elles ni la couleur noire ni la blanche. La comparaison n’a donc pas de sens. Ensuite parce qu’il s’agit depuis le début d’un mythe total auquel les dirigeants de l’époque ont voulu nous faire croire. C’était un vœu pieux qui n’a jamais correspondu à la moindre réalité. La réconciliation n’a été qu’une façade ; nous ne sommes pas libres car nous n’avons pas la liberté économique.

Par ailleurs, nos gouvernants n’ont jamais eu le courage d’affronter la question du racisme. Or les incidents où les Noirs sont traités comme des esclaves, comme des animaux, avec des insultes comme « singes » ou « négros », se multiplient. J’ai parfois l’impression que nous sommes en train de revenir à l’époque de l’apartheid, c’est extrêmement inquiétant. Il faut impérativement revisiter notre passé et corriger nos erreurs. L’ANC doit retrouver sa gloire et son éclat d’antan, sinon nous courons à la catastrophe

Mon seul regret est d’être obligée de continuer le combat. l’Afrique du Sud de Mandela a toujours été une fiction, je vis là où Nelson m’a laissée en 1961

Vous-même avez été agressée, bannie, condamnée, emprisonnée, torturée, outragée sous le régime de l’apartheid. Avez-vous pardonné à vos bourreaux ?

Je crois, oui. On ne peut pas continuer à vivre si l’on n’a pas, dans une certaine mesure, pardonné à ceux qui nous ont fait tant de mal, à nous et à notre peuple. Dans le cas contraire, je n’aurais tout simplement pas survécu et je ne vois pas comment je pourrais apprendre à mes petits-enfants à vivre dans un monde normal. Mais ce pardon est un combat de tous les instants, sans cesse renouvelé. Chaque fois que j’ouvre un journal et que je lis, par exemple, qu’un fermier blanc a abattu un enfant noir de 7 ans qui courait dans son champ, avant de s’expliquer en disant qu’il l’avait confondu avec un babouin, ou que deux autres fermiers ont enfermé un ouvrier noir dans un cercueil pour le punir, mon pardon est mis à rude épreuve.

Selon vous, à quoi a servi la Commission Vérité et Réconciliation, présidée par Desmond Tutu entre 1996 et 1998, souvent présentée comme un modèle de justice transitionnelle ?

À en juger par la multiplication des incidents raciaux, je me demande quelle a été son utilité. Je vis à Soweto, un township créé par le régime d’apartheid pour parquer les Noirs. Un quart de siècle après l’abolition de l’apartheid, il n’y a toujours pas un seul Blanc à Soweto. Les seuls que nous voyons sont des touristes. Où est le changement ? Pour vous rencontrer dans un endroit décent, je suis obligée de quitter le ghetto où je vis. J’aurais pu déménager, c’est vrai, pour habiter dans un quartier blanc. Mais j’ai décidé de rester à Soweto en tant que conscience de mon peuple, pour partager sa vie et son environnement. Sous bien des aspects, l’Afrique du Sud d’aujourd’hui reste le domaine de la minorité blanche.

Si vous aviez à refaire votre vie, choisiriez-vous la même ?

Absolument. Me battre pour la libération de mon peuple a été et reste pour moi une source puissante de bonheur. Il n’y a aucune cause supérieure à celle-là. Mon seul regret est d’être obligée de continuer ce combat. L’Afrique du Sud de Mandela a toujours été une fiction. Je vis là où Nelson m’a laissée, un jour de 1961, alors que si les mots de réconciliation et d’intégration avaient le moindre contenu ici, en Afrique du Sud, Soweto n’existerait plus. Pour le reste, je n’ai aucun remords. Je vivrais cent fois la même vie s’il le fallait !

Jeune Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *