facebook

L’ex-rappeuse Diam’s devenue musulmane: sa nouvelle vie et son projet pour l’Afrique

a diams

Commentaires Actualité, Culture

Il y a dix ans, elle triomphait aux NRJ Music Awards. Mais à l’époque la rappeuse française aux millions de disques vendus était en pleine dépression. Quelques années plus tard, Diam’s se débarrasse de ses démons. En 2008, elle fait le choix de se convertir à l’islam et de porter le voile. Elle décide d’arrêter sa carrière. Un choc pour ses fans. Elle vit désormais dans un petit village de la forêt de Rambouillet dans les Yvelines, où elle a rénové une maison en même temps qu’elle reconstruisait sa vie. À 37 ans, Mélanie Georgiades, après un long silence radio, sort du silence et dévoile son tout nouveau projet, (…) la marque de papeterie « Mel By Mel » qui commercialisera un large panel de produits. La vente de ces articles servira à récolter des fonds pour son association « Big Up Project » qui vient en aide aux enfants défavorisés en Afrique.

Depuis l’arrêt de sa carrière en 2012, Diam’s se fait rare dans les médias. Deux ans et demi après son interview donnée à Sept à Huit , l’interprète de La Boulette a accepté de se confier à Aïda Touihri pour Le Journal du Dimanche ce 29 octobre.

L’ex-rappeuse, âgée aujourd’hui de 37 ans, commence par répondre aux rumeurs d’un potentiel nouvel album. «Des rumeurs sans fondement», affirme-t-elle dans les colonnes de l’hebdomadaire. «Peut-être certains ont-ils du mal à accepter que l’on trouve le bonheur en dehors de certains codes admis de tous, comme la gloire, la quête d’argent sans limite… D’autres choses brillent à mes yeux aujourd’hui». Mélanie Georgiades, de son vrai nom, a en effet décidé de lancer une marque d’articles de papeterie nommée «Mel By Mel». Sur ces produits seront partagés de longs textes ainsi que des rimes courtes. «Ce que j’ai gagné par le passé me permet de vivre aisément. L’argent n’est donc pas une motivation première pour ce projet», ajoute-t-elle. Le lancement d’une ligne de vêtements pour enfants fait également partie de ses nouvelles ambitions.

Même si elle reconnaît n’avoir jamais cessé d’écrire, Diam’s a fait un trait sur le rap. «Je n’écoute plus. Je n’aime pas ce que véhicule ce mouvement comme orgueil, violence et consumérisme. Penser que le rap puisse changer quelque chose aux réalités douloureuses me semble si naïf aujourd’hui. Je l’ai été aussi, mais j’ai changé». D’ailleurs, cette mère de famille n’a gardé aucun contact dans ce milieu.

La nouvelle cérémonie des NRJ Music Awards  (…) le 4 novembre sur TF1 ne l’intéresse pas non plus. Il y a dix ans pourtant, elle y remportait pas moins de trois trophées. «Cela me replongerait dans des souvenirs plein d’angoisse et de tristesse. Je préfère tourner la page et me consacrer à ce qui m’épanouit.»

«Je croise parfois des regards inquiets»

Diam’s

Enfin, Diam’s a accepté d’évoquer le voile qu’elle porte depuis 2008, année de sa conversion à l’islam. Dans le JDD, elle décrit le regard des autres. «Je rencontre énormément de bienveillance et de gentillesse. Je croise parfois des regards inquiets mais j’essaie de comprendre plus que de condamner».

La dernière fois que Diam’s s’est exprimée dans les médias remonte à mai 2015. C’était dans Sept à Huit avec Thierry Demaizière pour promouvoir son autobiographie. L’année dernière, elle avait seulement posté un message sur Facebook après la polémique du burkini pour prôner la tolérance.

Soninke.tv avec Lefigaro et RTLinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *