facebook

BAKEL: les militaires du camp Sada Timéra accusés de violence sur les populations

a bakel

Commentaires Vie des communes

Les militaires en services dans le département de Bakel sont accusés de s’en prendre aux populations qu’ils briment très souvent. La dernière bavure a été signalée la veille de la Toussaint où des soldas ont passé à tabac une dame et son fils.

Les relations entre les populations civiles de Bakel et les militaires en services dans ce département ne sont plus au beau fixe. Les soldats sont accusés de s’en prendre aux populations qu’ils briment très souvent.

Un article publié sur le site bakelinfo.com, vient également renseigner sur le niveau de « persécution » des populations civiles par les hommes en tenue dans la zone.

Il  est indiqué clairement dans ce texte que : « les militaires à Bakel n’ont aucun respect et aucune crainte car ils se croient au-dessus de la loi et son  totalement impunis à ce jour. Tous les actes de barbarie commis par les militaires à Bakel ont été impunis malgré les plaintes et les manifestations de la population ».

Pis, on déplore dans l’article le fait que « la préfecture, la gendarmerie et les tribunaux ne se soucient guère de la sécurité de la population à Bakel, zone où l’impunité total des hommes  en tenue ne cesse de flamber ». Non sans ajouter que, ce n’est ni la première, ni la deuxième fois que les militaires se comportent ainsi. Avant de revenir sur ce qu’on pourrait appeler une  « bavure militaire » et qui s’est produit, ce mercredi.

Il est accusé aux soldats du camp Sada Ciré Timéra de Bakel d’avoir injurié et roué de coups une femme et son fils, suite à une altercation, « juste parce que ces derniers leurs ont accusé d’avoir déversé des ordures dans leur parcelles ».

Le député maire de Bakel, Ibrahima Sall est même sorti de sa réserve pour déplorer les relations exécrables entre les  militaires et  les populations civiles. Heureusement, d’après la Dirpa, la hiérarchie a pris des mesures disciplinaires contre le soldat incriminé, livre « L’As ».

Pressafrik.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *