SENEGAL- Lancement de la modernisation des titres de transport routier, le 3 août

Commentaires Société

Avec seulement 2% du parc automobile mondial, l’Afrique enregistre plus de 20% des accidents de la route dans le monde, avec à la clé 250.000 décès annuels. Et le Sénégal n’est pas en reste. Il a été enregistré, au cours de ces trois dernières années, une moyenne annuelle de 4554 accidents de la route, avec 638 décès en 2017. Suffisant pour que le Sénégal s’engage à lancer la modernisation de l’administration et la gouvernance des titres du transport routier, le  3 août prochain. L’annonce a été faite hier, mercredi 25 juillet, à l’ouverture à Dakar de la 8ème assemblée générale de l’Organisation pour la sécurité routière en Afrique de l’Ouest (OSRAO)
4554 accidents de la route sont enregistrés en moyenne ces trois dernières années, avec 638 décès en 2017 au Sénégal. C’est pour arrêter l’hémorragie sur les routes que notre pays a décidé de lancer la modernisation de l’administration et la gouvernance des titres du transport routier, le  3 août prochain pour renforcer la sécurité routière. L’annonce a été faite à Dakar hier, mercredi 25 juillet 2018 par le directeur de cabinet du ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Ibrahima Lô, lors de la cérémonie d’ouverture de la 8ème assemblée générale de l’Organisation pour la sécurité routière en Afrique de l’Ouest (OSRAO) axée sur le thème: «OSRAO dans la dernière décennie: le voyage jusqu’à présent».
a auto«Cet évènement coïncide ainsi avec la mise en œuvre de plusieurs projets au sein du ministère de l’intérieur dont la plus emblématique est la modernisation de l’administration des titres de transport routier et la gouvernance des titres des transports dont la cérémonie de lancement de l’opération par le président de la République aura lieu le vendredi 3 aout 2018 à Hann», a dit M. Lô. Le directeur de cabinet d’Abdoulaye Daouda Diallo a souligné l’importance du thème choisi qui, selon lui,  est une interpellation pour un renforcement de la sécurité routière.

«Ce thème est à la fois une interpellation et une invitation à partager des expériences en matière de politiques de sécurité routière, mais aussi une volonté sans équivoque de promotion d’un monde meilleur pour les générations actuelles et futures». Ibrahima Lô,  ajoute que le manque de respect des règles de circulation est la principale cause des accidents routiers. «Des routes et des véhicules d’un niveau appréciable, sans un respect minimal des règles de la circulation, conduisent inéluctablement à des accidents aux conséquences dommageables pour les individus, les familles et pour toute la collectivité», a-t-il poursuivi.

Par ailleurs le représentant du ministre en charge des Transports terrestres qui qualifie les accidents routiers de «fléau des temps modernes», a rappelé que l’Etat du Sénégal, dans le cadre de son Plan national de sécurité routière élaboré en 2011, s’est fixé comme «objectif général, la réduction de 35% des accidents de la route d’ici à 2020». Pour cela, il va mettre en place de nouveaux projets pour renforcer la sécurité routière notamment la généralisation du renouvellement du parc automobile dans tous les segments du transport, la révision du Code de la route, la numérisation et la sécurisation des titres de transports, l’extension du contrôle technique moderne à Dakar et dans toutes les régions et la construction d’infrastructures routières de dernière génération. Toutefois cette rencontre de l’OSRAO coïncide avec ses 10 ans d’existence et permettra aux parties prenantes de débattre sur la gouvernance et le financement de la sécurité routière, les enjeux d’harmonisation des systèmes de collecte de données des accidents permettant aux autorités d’impulser des politiques visant à éradiquer l’insécurité routière, selon Cheikh Oumar Gaye, directeur des transports routiers du Sénégal.

Sud Quotidien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *