Belgique: l’immigration à l’origine de la démission du Premier ministre Charles Michel

Commentaires Actualité, International

Le Premier ministre belge Charles Michel a annoncé sa démission, mardi 18 décembre, devant la Chambre des députés. Il avait formulé son souhait de rester en place après la démission des ministres indépendantistes flamands, mais les socialistes et les écologistes ont tout de même déposé une motion de méfiance (l’équivalent de la motion de censure qui existe en France) devant le Parlement. « Je prends donc la décision de présenter ma démission et mon intention est de me rendre chez le roi immédiatement », a-t-il indiqué lors d’une déclaration retransmise à la télévision. Une semaine plus tôt, Charles Michel a vu sa coalition éclater lorsque les nationalistes flamands de la N-VA ont quitté le gouvernement, qui s’opposaient à ce que la Belgique soutienne le pacte mondial de l’ONU sur les migrations.

Le pacte de Marrakech

Le pacte mondial de Mararakech approuvé le 10 décembre 2018 par 150 pays réaffirme le droit souverain des Etats de définir leurs politiques migratoires nationales et leur droit de gérer les migrations relevant de leur compétence, dans le respect du droit international. Le pacte souhaite « développer et diversifier les filières de migration sûre, ordonnée et régulière » afin de lutter contre les filières clandestines et de répondre aux besoins en main-d’œuvre des pays concernés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *