Hommage à Bouna Yaya Camara le défunt maire de Waoundé (Par Abdourahmane Ndiaye ancien président de l’AEERO)

Commentaires Actualité, Avis et communiqués

Soninke.tv – Le réveil à été brutal ce jeudi 3 janvier 2019 à Waoundé. La population de cette commune du département de Kanel, dans la région de Matam, était meurtrie et la tristesse se lisait sur le visage pâle de chacun. Et cela après avoir appris avec beaucoup de regret le décès de  Bouna Yaya Camara, vétérinaire à la retraite et maire de Waoundé jusqu’à son rappel à Dieu. Un homme calme et serein, très réputé pour sa patience et son sens de l’écoute, s’en est allé. Ses relations avec ses concitoyens étaient remarquables compte tenu de la valeur et de l’importance qu’il accordait à chacun, aussi bien dans le cadre professionnel, que dans le cadre fraternel et familial. L’homme ne déclinait aucune demande bien qu’elle soit même impossible. Il avait une oreille attentive pour toutes les sollicitations et  répondait à toutes les revendications et plaidoiries par des actes ou des mots réconfortants.  Ce qui faisait d’ailleurs qu’il était très respecté de la population. Même s’il ne satisfaisait pas tous leurs cris du cœur, il se montrait toujours  disponible et avait le temps pour tous. En ma qualité de fils de Waoundé et ancien président de l’Amicale des Elèves et etudiants de Waoundé (AEERO), je puis en témoigner. Les élèves et étudiants étaient ses enfants! Il joignait toujours l’utile  à l’agréable. Il trouve toujours la solution  pour satisfaire leurs besoins et répondre à leurs attentes. Tous ceux qui participent aux traditionnels  « Ndogou »  de l’AEERO au « Kompo Khoré » (Maison communautaire) de Waoundé peuvent en témoigner. Chaque année, il  partageait ce moment avec nous, physiquement et financièrement. J’avoue qu’il m’a beaucoup marqué pendant mon mandat à la tête de l’AEERO. La générosité de Bouna Yaya Camara pour les jeunes ne se manifestait pas seulement à l’endroit des élèves et étudiants, toute structure de jeune qui tapait à sa porte trouve une réponse et partait avec le sourire. J’en témoigne aujourd’hui encore en ma qualité de coordonnateur des Jeunes de Waoundé, pour sa disponibilité et son soutien lors de notre dernière participation au tournoi de football soninké à Dakar. Bref, Waoundé a perdu un serviteur, un digne fils,  le Sénégal  a perdu un patriote, un homme de devoir qui a servi sa nation jusqu’à son dernier souffle. Repose en paix, soldat Bouna Yaya Camara!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *