Architecture, patrimoine : tout ce qu’il faut savoir sur Notre-Dame de Paris

Commentaires Actualité, Culture

La cathédrale Notre-Dame de Paris a été victime d’un important incendie en début de la soirée. Le feu a pris dans les combles au cours de travaux de rénovation. C’est un trésor d’architecture et d’histoire qui a brûlé.

C’est un trésor d’architecture qui est parti en fumée lundi soir à Paris, Notre-Dame-de-Paris étant victime d’un important incendie. Bâtie au XIIIe siècle, la charpente de la cathédrale de Notre-Dame-de-Paris était unique dans son genre. Elle était baptisée « la Forêt ». La cause : le nombre de chênes utilisés pour élaborer ce monument architectural. Pas moins de 1 300 chênes, soit plus de 21 hectares de forêt, ont été utilisés pour bâtir les fondations de ce monument historique cher aux Parisiens et aux Français. Sont ainsi cachés de véritables joyaux d’histoire, des bois qui ont huit siècles d’âge. Chacune des poutres provenait d’un chêne différent

Des joyaux extraordinaires

La flèche qui s’est effondrée faisait 96 mètres de haut. En plus de l’architecture extérieure et intérieure, la cathédrale possède en son sein des joyaux extraordinaires : le grand orgue et ses 8 000 tuyaux, ses célèbres gargouilles, ses vitraux et rosaces, mais aussi les « Mays », de grands tableaux commandés de 1630 à 1707.
Plus de 200 ans de travaux

Notre-Dame-de-Paris a connu de nombreuses tranches de travaux depuis le XIIIe siècle. La première pierre a été posée en 1163 avec la construction du fameux chœur . La première tranche s’est achevée en 1250, avant une nouvelle phase de travaux aux XVIIe siècle. Un chantier de restauration est entamé au XIXe siècle, qui voit notamment la reconstruction de la Flèche. En tout, les travaux se sont étalés sur près de 200 ans.

Huit siècles d’histoire

Huit siècles d’histoire ont rythmé la vie de Notre-Dame-de-Paris :  le début du procès de réhabilitation de Jeanne d’Arc, le mariage d’Henri de Bavarre mais également le sacre de Napoleon Ier. Rendue célèbre avec le roman de Victor Hugo en 1831, Notre-Dame-de-Paris échappe à un incendie quelques années plus tard, en 1871, lors d’une période d’insurrection. Vite maîtrisé, les dégâts seront heureusement minimes.

Au XXe siècle, y est célébré la Victoire de la Seconde Guerre mondiale. Quelques années plus tard, la cérémonie funèbre en l’honneur du général de Gaulle est donnée au cœur de ce monument, tout comme celle de Paul Claudel ou encore de l’Abbé Pierre. Depuis 1991, cette cathédrale gothique est inscrite au patrimoine mondial de l’humanité. Notre-Dame-de-Paris avait fêté ses 850 ans en 2013. Autant de raisons qui en font, encore aujourd’hui, le monument le plus visité de Paris.

Ladepeche.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *