OPINION – « Enquête sur le Fiso … », un débat par tous, pour tous! (Par Amadou Kanouté)

Commentaires Actualité, Vie des communes

Soninke.tv – L’enquête de sentv.info consacrée au Festival international soninké (Fiso) Dakar 2018, diffusée en début juin 2019, a suscité beaucoup de commentaires dans les réseaux sociaux et ailleurs. Je faisais partie des personnes interviewées. Cette prise de parole volontaire et critique, je l’assume intégralement, car je la trouve nécessaire et bénéfique pour l’association. Certainement, le diktat du montage journalistique ne permet pas  de saisir pleinement la cohérence et le sens de mon argumentaire dans la vidéo. Mais, comprenez que ce n’est pas spécifiquement le bilan financier du festival qui m’importait le plus dans l’entretien, même si, par ailleurs, j’ai donné clairement ma position sur la question, ni la personne de son président, Idrissa Diabira, avec qui j’entretiens de très bons rapports. Dans le document de sentv.info, nous étions invité à  nous prononcer précisément sur le bilan du Fiso 2018 et à faire des propositions pour l’avenir . Cet exercice passe forcément par une analyse sans complaisance de l’organisation. Nous l’avons fait en toute indépendance, sans aucune influence de quelque nature que ce soit. Ainsi, nous avons évoqué les aspects positifs, nombreux, du Fiso, mais aussi souligné les manquements dans l’organisation. A cela, s’ajoute la gestion ratée de l’après Fiso et les missions  non assumées de Wagadu jiida qui sont aussi une part importante  de notre diagnostic.  Notre propos, après ce constat,  était surtout un appel à un sursaut collectif au profit de Wagadu jiida en léthargie, et non une quelconque entreprise de dénigrement ou de négation.

Pour revenir à la genèse de  l’enquête, comme plusieurs membres de la commission d’organisation du Fiso, j’ai  été approché par sentv.info  dans le cadre de la réalisation d’un dossier consacré à « l’organisation du Fiso Dakar 2018 : état des lieux et perspectives».  En tant qu’acteur impliqué, j’avais salué l’idée et accepté de me soumettre à l’exercice en toute liberté. Les questions évoquées au cours de l’interview qui a duré une trentaine de  minutes, tournaient essentiellement autour du Fiso au Sénégal, l’après Fiso, Gambie 2020 et Wagadu jiida. Seulement, sur tous ces aspects, il faut le reconnaître, le produit fini de sentv.info devenu, sur le PAD,  «Enquête exclusive sur l’organisation du Fiso Dakar 2018, Comptes et Mécomptes »  ne semble se focaliser que sur le volet financier de l’événement. C’est un choix que je respecte personnellement en tant que journaliste même si, à sa place, j’aurais procédé autrement dans la démarche puisqu’il s’agissait de faire un bilan. L’angle de traitement choisi après la collecte me semble très limité pour pouvoir prendre globalement en charge le thème initial autour duquel l’enquête était articulée. Ce qui a encore manqué au document de sentv.info, à mon avis, c’est la distance que le journaliste doit toujours avoir dans la collecte et le traitement de l’information. Cette distance, on ne la sens pas trop pour un bilan, ce qui donne d’ailleurs l’impression  que l’enquête est orientée et subjective quand bien même les réalisateurs ont pris le soin d’informer, dans le document, que par soucis d’équilibre ils avaient sollicité le président de Wagadu jiida et d’autres membres du bureau, mais, qu’aucun, parmi eux,  n’avait voulu se prononcer.

En gros, comme toute œuvre humaine, considérons que le travail de sentv.info  n’est pas parfait. Toutefois, l’initiative est à saluer. Car, elle a le mérite de nous réveiller de notre torpeur et d’être une piqûre de rappel par rapport à notre promesse de nous investir pour la visibilité et l’image de la communauté soninké pour lesquels Wagadu jiida s’était  engagé en décembre 2016, à l’UCAD 2, devant les chefs de village, les marabouts, les associations de femmes et de jeunes, etc. Ayons, donc, une haute conscience de cette lourde responsabilité endossée et faisons en sorte que le débat en cours ne soit  léger, pollué,  improductif et à la limite contre-productif.

A ce stade de la vie chancelante de Wagadu jiida et face aux nombreux défis l’instance dirigeante de l’association a un rôle fondamental et historique à jouer pour rallumer la flamme, 17 mois après l’enthousiasme du Fiso Dakar 2018. Elle doit mettre à profit ce déclic pour poser des actes forts allant dans le sens de réconcilier Wagadu jiida avec elle-même et de remobiliser autour des objectifs de décembre 2016.  C’est ce seul débat que nous attendons personnellement  et pour lequel nous nous investirons pleinement.

Amadou Kanouté, membre de Wagadu jiida, président de la Commission Communication du Fiso Dakar 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *