Afrique du Sud – décès de Johnny Clegg, le Zoulou blanc

Commentaires Actualité, International

Il était pour le grand public probablement le musicien sud-africain le plus connu. Notamment pour ses chansons Asimbonanga et Scatterlings of Africa, et pour son approche musicale joyeuse, tout en énergie, véhicule idéal pour son combat contre l’apartheid, le système ségrégationniste de l’Afrique du Sud. Pour Johnny Clegg, mort mardi 16 juillet à Johannesbourg des suites d’un cancer du pancréas, chanter fut d’abord un acte de militance contre le régime raciste de Pretoria. Il avait été surnommé le « Zoulou blanc » en France, l’un des pays où il aura été le plus populaire à la fin des années 1980.

Fils d’un militaire et d’une chanteuse, Johnny Clegg est né le 7 juin 1953 à Bacup, dans le nord-ouest de l’Angleterre. Ses parents divorcent quelques mois après sa naissance. Sa mère retourne alors vivre au Zimbabwe (alors la Rhodésie du Sud), où elle a été élevée, avant de s’installer en Afrique du Sud. Elle y rencontre son second mari, journaliste et militant antiapartheid. Adolescent, Johnny Clegg se lie d’amitié avec un musicien amateur zoulou qui lui apprend des rudiments de guitare et l’emmène dans les clubs des quartiers pauvres où vivent les travailleurs noirs, et où il se familiarise avec la langue zoulou, les danses, les musiques.

Le Monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *