BALLOU : Plusieurs villages de la commune envahis par les eaux du fleuve

Commentaires Actualité, Vie des communes

Soninke.tv – C’est la désolation et l’inquiétude qui se lisait dans la voix de Monsieur Seydou Kane, secrétaire municipal de la commune de Ballou, dans le département de Bakel, quand il appelait ce matin pour évoquer les conséquences de la montée des eaux du fleuve Sénégal et des mares. Les populations sont inquiètes, lance-t-il. Monsieur Kane estime qu’à Golmy, Yaféra, Kounghany, Aroundou et Ballou l’eau a pris d’assaut plusieurs zones d’habitation. Des bâtiments se sont même effondrés dans plusieurs localités.  A Golmy, des maisons, et des magasins sont touchés, la mosquée appelée ‘Togo missidé » est en partie envahie par les eaux et les pêcheurs qui étaient logés au bord du fleuve ont quitté leurs maisons pour se réfugier à l’école du village. A Ballou, le siège de la mairie est encerclé par les eaux alors qu’à Aroundou, les camps de la Gendarmerie, de la Police et de la Douane vivent la même désolation. A Samba Kandji, c’est presque tout le village qui est envahi, soutient un autre témoin du nom de Boubacar Coulibaly président de la commission Jeunesse, culture et sports de la commune, plus connu sous le nom de Zico. Il poursuit en affirmant que plusieurs champs de culture ne sont plus accessibles et que de l’autre côté de la frontière, en Mauritanie, le cimetière de Diaguily est submergé.

Pour le maire de la commune, Monsieur Cheikhna Camara, la situation est critique. Il estime que ce n’est pas seulement sa commune qui est victime de la montée des eaux. Plusieurs autres localités du département de Bakel sont affectées, dit-il, par le débordement des eaux du fleuve et des mares. C’est l’inquiétude partout. Le maire dit avoir appelé tous les chefs de village de sa commune à prendre les dispositions en ouvrant les écoles pour accueillir les sinistrés. Il dit avoir également informé le préfet de Bakel de la situation et qu’à ce niveau aussi des dispositions sont prises pour effectuer une descente sur le terrain afin de faire l’état des lieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *