Burkina Faso: Une attaque fait 16 morts dans une mosquée

Commentaires Actualité, International

Une attaque contre des fidèles qui priaient vendredi soir dans une mosquée a fait au moins 16 morts dans le nord du Burkina Faso. Ce drame démontre une fois de plus la faiblesse des forces de défense du pays alors qu’un millier de personnes se sont rassemblées samedi contre le terrorisme et pour dénoncer la présence de forces armées étrangères dans le pays.

Une tuerie pas encore revendiquée

« Des individus armés ont attaqué la grande mosquée de Salmossi (à une vingtaine de km de Gorom-Gorom, une des grandes villes du Nord) entre 19h00 et 20h00 (2h de plus en France), faisant au moins 16 morts », a déclaré une source sécuritaire. « 13 personnes sont mortes au cours de l’attaque et 3 autres ont succombé quelques heures après », a-t-elle ajouté. « Deux autres blessés sont dans un état critique ». « Les victimes sont tous des musulmans qui étaient en prière au sein de la grande mosquée », selon un habitant de Gorom-Gorom. « Depuis ce matin (samedi), les populations ont commencé à fuir la localité », a-t-il précisé, évoquant un « climat de panique malgré le renfort militaire qui a été déployé » après l’attaque.

Cette tuerie n’a pas encore été revendiquée, mais des mosquées et des imams ont par le passé été la cible d’attaques attribuées aux djihadistes par les autorités. Depuis début 2015, les attaques djihadistes, en particulier dans le Nord et l’Est, ont fait plus de 600 morts. Les forces de défense et de sécurité burkinabées, mal entraînées, mal équipées et mal encadrées, se sont montrées incapables d’inverser une tendance de plus en plus meurtrière avec quasiment une attaque par jour.

La population manifeste contre le terrorisme

La population ne reste désormais plus fataliste. Dans la capitale, Ouagadougou, un millier de personnes se sont rassemblées samedi pour « dénoncer le terrorisme et la présence de bases militaires étrangères en Afrique » à l’appel d’une dizaine d’organisations de la société civile à l’occasion des « journées anti-impérialistes ». « Armée française hors du Burkina Faso » et « forces étrangères hors d’Afrique », ont scandé les participants réunis à la Bourse du Travail en raison d’une interdiction de manifester en ville.

Avec l’Afp et 20 Minutes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *