Mouhamed Boun Abdallah Dione : « L’utilisation efficiente et rationalisée des ressources publiques est devenue un impératif »

Commentaires Non classé

Le Forum de haut niveau sur la commande publique en An Afrique du Réseau africain de la commande publique s’est ouvert ce jeudi. « Approches novatrices en matières de commande publique », est le thème central de la rencontre qui a vu la participation de plus de 47 pays africains ainsi les représentants des partenaires au développement. Venu présidé la cérémonie d’ouverture, le ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence de la République Mouhammed Boun Abdallah Dione a plaidé pour la Dans les pays en développement et surtout ceux qui aspirent à l’émergence l’utilisation efficiente et rationalisée des ressources publique, en réalité rare et limitée est devenue un impératif. C’est la raison pour laquelle dès son arrivée à la magistrature suprême, le président de la République Macky Sall a placé la bonne gouvernance et la transparence  dans les procédures de passation des marchés publics au cœur de l’action de l’Etat. C’est que ces assises de Dakar, organisées par le Réseau africain de la commande publique (RACOP) retiennent toute l’attention du président Macky Sall et de son gouvernement de la République du Sénégal par la pertinence de son thème centrale, approche novatrice en matière de commande publique. Les gaps à résorber sont énormes pour l’Afrique et les attentes de nos populations en matière de santé, d’éducation, d’accès à un logement décent et à un bien être social sont très nombreuses. Et pour parvenir à leurs prises en charge, il convient  d’accélérer la transformation économique de notre continent en apportant des investissements dans les infrastructures socio-économiques notamment comme haute priorité. La banque mondiale a estimé, il y a deux ans les besoins du continent africain en matière des infrastructures à 93 milliards de dollar par an soit environ 15% du PIB continental. Face l’importance de tels besoins de 100 milliards de dollar par an en Afrique, il nous faut innover dans l’approche et la conduite des politiques publiques en matière de marchés publics. Pour aller vite et bien dans la voie de l’efficacité et de la performance. Bien entendu sans affaiblir le contenu, nos procédures d’exécution et de passation des marchés publics doivent être revisitées pour attendre dans la célérité satisfaisante  des projets d’infrastructures qui portent le développement et le progrès social des nations mais également dans la transparence

Sur un autre plan l’orientation donnée actuellement au marché public doit pouvoir générer des retombées significatives pour le secteur privé africain et pour le Pme/Pmi en particulier en les facilitant l’accès à la commande publique. L’Etat demeurant le plus grand acheteur de ces chantiers et des services et des travaux

Pour notre part au Sénégal, il me plait de rappeler que le gouvernement du Sénégal a déjà pris plusieurs initiatives salutaires allant dans le sens de soutenir la participation du secteur privé national et sous régional à travers la commande publique.la discrimination introduite dans la nouvelle loi sur le PPP (partenariat public-privé) en vue de faire participer davantage le secteur privé national au développement des infrastructures aussi la réforme du code des marchés public intervenue en 2014 renforçait-elle déjà la participation du secteur privé national en accordant une attention particulière  aux PME/PMI. Ces aménagements ont souvent permis aux Pme/Pmi de soumissionner régulièrement dans les marchés publics en lots séparés et de bénéficier de la sous-traitance dans les marchés complexes

Dans le contexte de la mise en place de la zone du libre échange économique continental, je voudrais réitérer l’engagement de la République du Sénégal à contribuer à la promotion d’un environnement transparent favorable eu jeu de la concurrence pour un développement rapide et équilibré des entreprises dans l’espace ouest africain et partout en Afrique. La création de cet environnement transparent socle d’une politique vertueuse aux concurrences à l’échelle du contient devrait se faire transparent en tirant profit des technologies de l’information et de la communication qui offrent une palette d’innovation en matière de dématérialisation des procédures liées aux marchés publics. En effet il faudra moderniser l’intervention des organes du système de la commande publique en les orientant davantage vers la digitalisation des procédures source d’efficacité, de diligence, de réduction des coûts et surtout le renforcement de la concurrence et de la transparence. A travers un tel forum, votre réseau pourra aider à favoriser les échanges d’expérience. Nous attendons de vos travaux et les recommandations permettront de créer un cadre harmonisé pour les contenus des politiques de professionnalisation des acteurs, de standardisation et d’homologation de hub de formation . L’Afrique doit travailler à l’adoption des compétences pour la promotion des commandes publiques en passant par la labellisation et la reconnaissance des centre de formation  des références en Afrique. Le Sénégal, à travers l’ARMP et ses partenaires ne ménageront aucun effort pour abriter l’un de ces centres dédiés à la professionnalisation des métiers de la commande publique. Aussi dans la dynamique de performance de nos marchés publics , nous encourageons l’harmonisation des procédures d’acquisition et de contrôle dans la commande publique en Afrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *