Covid19 – Essais cliniques d’un vaccin en RDC: le Pr Muyembe jette le trouble

Commentaires Actualité, International

Vendredi, le patron de la riposte en RDC, le professeur Jean-Jacques Muyembe, déclarait qu’il pourrait y avoir des essais cliniques sur un vaccin contre le coronavirus dans le pays. Une annonce qui a provoqué un tollé sur place, en pleine polémique sur des propos tenus par un médecin français sur la chaîne LCI. Depuis, ce dernier a assuré qu’il n’y aurait pas de vaccination au Congo sans essais aux États-Unis ou en Chine. Essais qui, précise-t-il à RFI, doivent recevoir la validation de l’OMS.

Dans sa première réponse, le professeur Muyembe avait évoqué un ami au Canada ; dans sa deuxième des essais cliniques aux États-Unis ou en Chine. Il y a bien à l’heure actuelle des phases pilotes d’essais cliniques sur trois vaccins aux États-Unis, au Canada et en Chine. Ce sont les premiers pays à passer à l’expérimentation sur des êtres humains pour ces substances cruciales dans la lutte contre l’épidémie (51 autres vaccins n’en sont qu’à la phase de test sur les animaux).

Une longue route avant des essais sur les humains

Mais avant l’homologation et la commercialisation, la route est longue, sans doute plus d’un an. Ces trois vaccins n’en sont qu’aux phases 1 et 2 de test. Ce qui permet d’affiner les dosages, de découvrir les principaux effets secondaires. En général, ces essais se font sur quelques dizaines ou centaines de personnes.

Tant que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) n’aura pas validé ces premiers résultats, il n’y aura pas de phase 3, c’est-à-dire de test à plus grande échelle pour confirmer l’efficacité de ces vaccins. Ce n’est qu’à cette phase que les laboratoires ou consortiums internationaux pourront présenter conjointement, avec un institut de recherche national comme l’Institut national de recherche biomédicale (INRB) en République démocratique du Congo, un protocole d’essai clinique aux autorités nationales. Il y a plusieurs étapes de validation, comme l’obligation faite d’obtenir l’accord du comité d’éthique national.

Rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *