Réouverture des lieux de culte : Thierno Madani Tall, Alioune Moussa Samb et l’Eglise disent non

Commentaires A la Une, Actualité, Religion

La décision d’assouplissement des restrictions, prises par le chef de l’État Macky Sall, concernant notamment la réouverture des lieux de culte est diversement appréciée. Pour la famille omarienne, la situation n’est pas encore propice à une réouverture des mosquées, du moins à Dakar. Cette décision est contenue dans un communiqué signé par Thierno Madani Tall. Au niveau de l’Eglise également, les messes et autres commémorations religieuses ne seront pas effectuées, malgré les réaménagements apportés par le Chef de l’Etat, Macky Sall. Dans un communiqué également parvenu à la rédaction hier, mercredi 13 mai, la Conférence épiscopale déclare maintenir toutes les dispositions prises dans la cadre de la lutte contre la Covid-19. Dans un autre communiqué rendu public en fin de la matinée, l’imam de la Grande mosquée de Dakar, Alioune Moussa Samb demande aussi aux fidèles de prier chez eux pour l’instant.

La décision d’assouplissement des restrictions, prises par le chef de l’État Macky Sall, concernant notamment la réouverture des lieux de culte est diversement appréciée. Pour la famille omarienne, la situation n’est pas encore propice à une réouverture des mosquées, du moins à Dakar. À travers un communiqué qui nous est parvenu, le Khalife Thierno Madani Tall estime que « l’évolution de la situation (n’est) pas encore totalement maîtrisée sur le territoire nationale mais plus particulièrement dans la région de Dakar ».

Par conséquent, sans le cadre de la lutte contre la pandémie du Covid19, il informe les fidèles que la Mosquée omarienne reste fermée au public. « Cette mesure de prudence restera en vigueur jusqu’à nouvel avis de sa part », indique le communiqué. Parmi les mesures d’assouplissement annoncées par le chef de l’État, Macky Sall, dans son adresse à la nation prononcé lundi dernier, 11 mai, figure la réouverture des Mosquées. Mais le respect strict des gestes-barrières est exigé aux fidèles.

PAS DE MESSES ET AUTRES COMMÉMORATIONS

 L’Eglise catholique du Sénégal n’est pas, non plus prête à rouvrir ses lieux de cultes. Ce, en dépit des réaménagements décidés par le Chef de l’Etat, Macky Sall, dans son allocution du lundi 11 mai. Dans une note parvenue à la rédaction hier, mercredi 13 mai, elle indique son total désaccord avec la mesure annoncée par l’exécutif. «Nous avons accueilli avec attention et respect le message du Chef de l’Etat, Macky Sall, dans son adresse à la nation du 11 mai 2020 dans laquelle, nous retenons l’ouverture des lieux de cultes. Nous vos pères, évêques du Sénégal, comptons rester fidèles à notre devoir de protéger partout et en toutes circonstances la santé et la vie des populations», peut-on lire dans le communiqué.

 Mieux, ajoute la Conférence épiscopale, «compte tenu de l’évolution actuelle de la pandémie, nous maintenons toutes les dispositions déjà prises dans nos précédents communiqués notamment celui en date du 6 mai dans lequel nous vous disions, nous maintenons jusqu’à une date favorable, toutes les dispositions antécédemment prises dans nos différents communiqués notamment celle relative à la suspension des messes à caractère public». L’église a aussi maintenu l’annulation de ses événements religieux. «Cette mesure concerne aussi le grand rendez-vous du pèlerinage marial de Popenguine qui devrait se dérouler le week-end de la pentecôte du 30 mai au 1er juin».

Tout en insistant sur le respect des gestes barrières, les pères et évêques invitent également les fidèles à faire preuve de responsabilité. «Nous vous encourageons à persévérer dans l’effort sachant que le résultat est au bout de cet effort. L’église appelle aussi les fidèles à éviter les déplacements non nécessaires et à respecter les mesures barrières édictées par les autorités compétentes.

Pour rappel, dans son discours du lundi dernier, Macky Sall, parlant des nouvelles mesures prises dans le cadre de la lutte contre la Covid-19, avait dit : «il nous faut adapter notre stratégie, de façon à mener nos activités essentielles et faire vivre notre économie, en veillant à la préservation de notre santé et celle de la communauté».

En conséquence, il avait annoncé la réouverture des lieux de cultes, avant d’exhorter le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique et celui de la Santé et de l’Action sociale à «engager les consultations nécessaires à cet effet avec les guides spirituels et les associations religieuses, pour convenir des conditions et modalités» d’ouverture des lieux de culte.

Avec Sud Quotidien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *