Une série de conditions pour la l’attribution du fonds d’aide à la culture

Commentaires A la Une, Actualité, Culture

« Il y a juste les cultures urbaines qui ont reçu 200 millions Fcfa, qui ont fait l’objet d’un appel à projet. Le processus est lancé et sera bouclé le 05 juin ».

Dans le cadre du programme de résilience à la pandémie du Covid-19, le gouvernement avait prévu d’attribuer un fonds d’appui au secteur culturel. Mais pour le moment, il n’y a que les 200 millions dédiés aux cultures urbaines qui ont été communiqués par le ministère de la Culture. Ce montant, qui a fait l’objet d’appel à projet, sera attribué aux candidats ayant présenté les meilleurs projets au comité chargé de l’évaluation. Pour ce qui est des autres acteurs culturels, le montant qui leur est destiné reste un mystère. Une situation que déplorent les artistes.

Avec le contexte d’état d’urgence, plusieurs activités sont à l’arrêt. Le secteur de la culture fait partie des milieux les plus touchés par la pandémie, puisque toutes les activités culturelles sont suspendues le temps que la situation devienne stable. Ce qui fait que le manque à gagner est énorme pour le monde de la culture. C’est ainsi que le président de la République a prévu d’octroyer des fonds au secteur culturel, dans le cadre du fonds Force-Covid-19. Mais pour l’heure, ces fonds ne sont pas encore octroyés aux ayants droit. Etle montant global qui est destiné aux acteurs culturels reste méconnu. Cela dit, il s’avère qu’une somme de 200 millions Fcfa est destinée aux cultures urbaines.

Selon le Directeur des arts Abdoulaye Koundoul, cette somme sera octroyée avec des critères. «Il y a juste les cultures urbaines qui ont reçu 200 millions Fcfa, qui ont fait l’objet d’un appel à projet. Le processus est lancé et sera bouclé le 05 juin. De ce fait, les acteurs de ce sous-secteur de la culture ont formulé des projets qu’ils vont soumettre au Comité mis en place pour l’évaluation de ces projets. Ce comité sera composé de cinq personnes indépendantes. Elle sera chargée de l’évaluation et du classement», informe M. Koundoul. Les candidats à cet appel d’offres ne seront distingués qu’à partir des productions des sujets qui leur sont imposés. Il s’agira de formuler un projet très novateur, qui fait preuve de créativité, pour démontrer à tout le monde que même en dehors de cette période de pandémie, ils pourront continuer à faire valoir l’action culturelle. Une fois cette étape franchie, un autre comité de gestion va se charger de la répartition des chèques. «L’argent est au trésor», ajoute-t-il.

À la question de savoir si cela ne va pas créer une éventuelle discrimination ou frustration, M. Coundoul affirme: « Ces fonds viennent structurer le secteur, ce ne sont pas des fonds de secours. L’Etat a identifié des familles qui sont en situation de vulnérabilité pour les appuyer avec le fonds social. Mais cette somme, elle est destinée à des secteurs qui sont dans une voie de développement initiée par le fonds des cultures urbaines, qui a aidé certains à mettre en place des entreprises. Ces dernières sont en péril du fait de la pandémie».

Poursuivant, il souligne : «Ce n’est pas possible de répartir 200 millions Fcfa à des milliers d’artistes. Le secteur de la culture est une chambre qui n’a pas de porte, ni de fenêtre, ni de toiture. Chacun peut y pénétrer et on ne peut obliger personne d’en sortir. On ne peut pas opposer la qualité d’artiste à qui que ce soit tant que notre loi sur le statut de l’artiste n’est pas sortie pour identifier qui est qui. Donc on est obligé de sélectionner les meilleurs profils.» Et le Directeur des arts de préciser que la somme octroyée à chaque porteur de projet dépendra des efforts qu’il a fournis pour formuler un bon projet répondant à l’appel.

LES ARTISTES DENONCENT LE FLOU AUTOUR DE LA SOMME DESTINEE À LA CULTURE

Pour le moment, la somme prévue pour les autres secteurs de la culture reste inconnues Une situation que déplorent certains artistes. Ils estiment que l’attente est longue. « À l’heure actuelle, on n’a connaissance d’aucun artiste qui a reçu. Pour les rappeurs, ils ont une idée de la somme qui leur est destinée, mais pour la culture en général, il n’y a rien sur la table pour le moment. C’estle flou total. On ne sait même pas quelle est la somme qui est allouée à la culture. C’est à partir du montant alloué à la culture qu’on pourra dire si nos préoccupations sont prises en compte ou pas. Parce que nous avons évalué pour le secteur au minimum 6 milliards FCFA», soutient  le président de l’Association des Métiers de la Musique au Sénégal, Daniel Gomez. Et ce dernier d’ajouter : « Nous n’avons aucune emprise sur le délai où ça va être mis en place. Cela fait plus de deux mois que nous sommes dans la galère. Donc, nous avons besoin de cet argent. Raison pour laquelle, nous déplorons le fait que l’Etat ne communique pas le montant de l’aide octroyée à la culture. » L’As

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *