L’Afrique olympique : Amadou Dia Ba, l’unique médaillé du Sénégal

Commentaires A la Une, Sports

Un seul Sénégalais a remporté une médaille dans l’histoire des Jeux olympiques : Amadou Dia Ba, vice-champion du 400 m haies masculin à Séoul en 1988. 32 ans plus tard, son temps figure toujours dans le top 10 des plus rapides de l’épreuve. Voici son histoire.

« En 1984, j’étais déjà finaliste aux Jeux olympiques – je suis arrivé à la cinquième place.  

J’étais nouveau et j’ai fait des erreurs que j’aurais pu éviter.

Alors avec mon entraîneur, nous nous sommes mis au travail pour décrocher la médaille.

En 1984, j’avais manqué le coche. Avant les Jeux olympiques de 1988, j’étais donc bien décidée : le moment venu, nous visions une médaille ».

À chaque Jeux olympiques, dans chaque épreuve, vous avez toujours un top 5 ou un top 10 qui vise de façon réaliste une médaille. En 1988, j’étais parmi eux.

Pendant les quatre années qui se sont écoulées entre les Jeux olympiques de 1984 et ceux de 1988, j’ai affronté les mêmes coureurs dans chaque épreuve : Ed Moses, Andre Phillips et les Allemands, Harald Schmid et Edgar Itt.

Nous nous connaissions donc tous.

La veille de la finale, j’ai été tiré au sort dans le couloir 5. J’ai dit à mon entraîneur qu’avec ce couloir, j’obtiendrais une médaille.

Nous avons décidé que je serais prudent pendant ma course.

Chacun a sa propre stratégie. Cette course est tellement technique qu’on ne peut pas se contenter de « faire un essai ». Soit ça passe, soit ça casse.

Je voulais utiliser ma stratégie habituelle avec 13 pas entre les haies jusqu’à la huitième haie, mais mon entraîneur a décidé de changer après la sixième haie et de finir avec 14 pas.  

De cette façon, je serais plus rapide. C’était stratégique.

Mais cela m’a ralenti pour commencer. J’étais troisième avant la dernière haie, mais je savais que je pouvais finir plus vite parce que c’est ma force.

Moïse et Phillips savaient que si nous étions ensemble jusqu’à la dernière haie, ça pourrait mal tourner pour eux. C’est pourquoi ils essayaient généralement d’être en tête avant.

Cette fois, Edwin Moses a fini loin derrière. J’étais derrière Phillips en deuxième position, mais il n’était pas loin devant moi.

Il a gagné par seulement 0,04 centième de seconde.

En tant que médaillé, j’étais heureux. Phillips, le meilleur homme de notre course, a gagné.

Deux ou trois courses après les Jeux olympiques, mais je l’ai battu à plates coutures !

C’était sa journée, mais c’était aussi la mienne, d’une certaine manière.

Si vous montez sur un podium olympique, vous gagnez le droit de fêter le fait d’être premier, deuxième ou troisième.

La médaille était comme un sommet. C’est ce que nous visions tous pour aller aux Jeux olympiques.

Après la course, mes pensées allaient vers ma performance, mon pays, ma famille.

Nous étions comme une génération en or.

À l’époque où nous avons couru, Moïse était le meilleur du monde, mais il y avait aussi Phillips, Schmid, moi et Kevin Young – qui a établi le record du monde aux Jeux olympiques de 1992, un record qui tient toujours.

Mais après cette course, j’ai eu une blessure au talon d’Achille et je n’ai pas pu revenir à 100%.

Je n’ai jamais réussi à m’entraîner à nouveau à pleine capacité. C’est pourquoi j’ai arrêté juste après les Jeux olympiques de 1992 à Barcelone ».

BBC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *