FRANCE – Affaire François Fillon: tout ce qu’il faut savoir

Commentaires International

Les emplois fictifs. François Fillon a embauché sa femme Penelope comme assistante parlementaire de 1988 et 2013, pour une rémunération totale de plus de 800 000 euros (environ 525 millions F Cfa), ainsi que ses deux enfants au même poste de 2005 et 2007, pour une rémunération totale de 57 084 euros (environ 40 millions F Cfa), d’après le Canard Enchaîné. Problème : il est reproché à Penelope Fillon et aux enfants du couple de ne pas avoir réellement exercé ces emplois.

D’autant qu’en 2012 et 2013, la femme de François Fillon était également journaliste pour « La Revue des deux mondes », un magazine appartenant à un ami de l’ex-Premier ministre, Marc Ladreit de Lacharrière. Elle y aurait touché 100 000 euros (environ 66 millions F Cfa), sans qu’aucune preuve de son travail ne soit fournie là non plus. Ce même Marc Ladreit de Lacharrière a recruté en mars 2015 Alexia Demirdjian, une responsable de la campagne numérique de François Fillon, à la Fondation Culture et Diversité sans qu’aucune trace de son travail ne soit trouvée, selon Mediapart.

Les fonds détournés au Sénat. Des parlementaires reversaient à leur groupe la part non dépensée de leurs enveloppes destinées à rémunérer leurs assistants. Entre 2003 et 2014, cet argent a été directement donné à des sénateurs, parmi lesquels François Fillon, qui aurait touché 21 000 euros(environ 15 millions F Cfa) étalés sur sept chèques, selon Mediapart et le JDD.

Conflit d’intérêts. Fondateur du cabinet de conseil « 2F Conseil », à travers lequel il aurait touché 750 000 euros (environ 500 millions F Cfa) entre 2012 et 2015, François Fillon reste flou sur les clients de cette société. De fortes suspicions de conflits d’intérêts entre ses activités privées et la conduite des affaires publiques pèsent sur les contrats passés avec des clients qui pourraient notamment être russes. Du côté des clients connus, l’assureur Axa, dont l’ancien patron a soutenu François Fillon, a versé à cette société 200 000 euros (environ 135 millions F Cfa) entre mi-2012 et mi-2014.

Détournement de fonds public. S’il est prouvé que Penelope Fillon a été rémunérée pour un travail qu’elle n’a pas réalisé, son mari François risque jusqu’à 10 ans de prison et une amende d’un million d’euros. Les sommes détournées peuvent également être remboursées.

Abus de bien social. Cela concerne le propriétaire de « La Revue des deux mondes » Marc Ladreit de Lacharrière qui pourrait écoper de cinq ans de prison et 375 000 euros d’amende si les sommes versées à Penelope Fillon ne correspondent pas à son travail.

Recel de ces délits. Le recel désigne le fait de bénéficier du produit d’un crime ou d’un délit en connaissance de cause. Par conséquent, s’il est prouvé que Penelope Fillon savait qu’elle touchait des rémunérations pour des emplois fictifs, elle pourrait être condamnée à cinq ans de prison et 375 000 euros d’amende.

Source: Leparisien.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *