Le SUDES propose la réouverture des classes d’examen en juillet et celles intermédiaires en septembre

Commentaires A la Une, Actualité, Education

Se prononçant pour un plan global de réaménagement du calendrier scolaire tout en prenant en compte les deux catégories d’élèves pour le reste de l’année civile, le Sudes a proposé aux autorités des modalités de reprise des enseignements.

Après l’échec du 02 juin, le syndicat unitaire et Démocratique des Enseignants du Sénégal (Sudes) qui s’est réuni en session extraordinaire, le 14 juin dernier, propose au gouvernement les solutions pour réussir une bonne reprise des enseignements dans la préservation de la santé et de la vie des élèves et des enseignants. Ainsi, pour les classes d’examen, les syndicalistes fixent la reprise au mois de juillet et la date du 15 septembre pour celles intermédiaires. Pour cela, préviennent-ils, il faut au préalable des conditions à remplir.

La reprise des enseignements inquiète fortement le Syndicat Unitaire et Démocratique des Enseignants du Sénégal. A cet effet, se prononçant pour un plan global de réaménagement du calendrier scolaire tout en prenant en compte les deux catégories d’élèves pour le reste de l’année civile, le Secrétariat Exécutif National Unitaire du Sudes a proposé aux autorités des modalités de reprise des enseignements.

Ainsi, pour les classes d’examen de l’enseignement général et toutes les classes, sans distinction, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, à cause de leurs faibles effectifs, Amadou Diaouné et ses collègues arrêtent le redémarrage des enseignements à la date de juillet-août et 1ère quinzaine de septembre 2020. Et pour ce qui est des classes intermédiaires de l’enseignement général, ils fixent la date du 15 septembre au 30 novembre 2020. Par ailleurs, le Sudes a également donné des préalables à la réussite de ces modalités suivantes de reprise dans la préservation de la santé et de la vie des élèves et des enseignants. C’est dans cet esprit, note le Sudes dans un communiqué rendu public, pour le plein succès de ces reprises, qu’il faudra impérativement que des mesures administratives soient adoptées.

Ensuite, d’après Amadou Diaouné et ses collègues, il faut la mise en place à temps des matériels suffisants et des dispositifs retenus dans tous les établissements publics et privés pour l’application du protocole sanitaire. Il s’agit notamment des mesures barrières de base comme les masques, les lave-mains, la distanciation physique, la désinfection des locaux, des points d’eau et des latrines fonctionnels.

Mieux, considérant l’installation progressive de l’hivernage dans le pays et son impact négatif sur le fonctionnement de l’école sous de nombreux rapports, le Sudes estime qu’il est impératif, à leurs yeux, de gérer au mieux les effets de l’hivernage sur le déroulement des activités scolaires là où c’est nécessaire. En définitive, note le Sudes, il faut un appui financier conséquent de l’Etat aux écoles privées en vue de la prise en charge des arriérés de salaires dus aux enseignants et de tout ce qui est indispensable au bon redémarrage des cours dans ces établissements.

En outre, le Sudes considère que, dans le cadre de larges concertations inclusives, il sera possible de réaliser avec tout ou partie importante des acteurs un consensus sur les modalités de reprise et de déroulement des cours en vue de sauver cette année scolaire bien particulière. Car ils sont soucieux de sauver autant que possible l’année scolaire 2019-2020, dans le respect des normes acceptables de qualité des enseignements et de validité des diplômes, dans l’intérêt d’abord de l’avenir scolaire des élèves, ensuite de la nation. Comme cela est en train de se faire dans beaucoup d’autres pays de la sous-région. Ce, notent les syndicalistes, à l’instar de nombreux pays de la sous-région où en dépit de la situation pandémique, les cours ont repris à savoir au Bénin, au Burkina Fasso, en Côte d’Ivoire, au Mali et au Niger. Enfin, le Sudes a formulé le souhait d’un prompt et définitif rétablissement pour les enseignants malades de la COVID-19. (Avec l’As)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *